APPEL URGENT DES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE POUR LA PROTECTION DES REFUGIES BURUNDAIS EN TANZANIE


Le présent appel urgent est soumis par les organisations de la société civile burundaise dont Acat-Burundi et d’autres organisations africaines et internationales qui ont accepté de se lever ensemble pour demander des mesures urgentes afin de demander la sécurité des réfugiés burundais dans les camps en Tanzanie.
Les graves violations des droits de l’homme dont sont victimes les réfugiés burundais dans les camps de réfugiés tanzaniens exigent une action urgente du Gouvernement tanzanien, de la Communauté d’Afrique de l’Est, de la Commission africaine des droits de l’homme et des peuples, de l’Union africaine et du Haut-Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés. En effet, suite à la crise politique qui a éclaté au Burundi en 2015, plus de 500 000 personnes ont été contraintes de fuir vers l’exil, dont beaucoup en quête de sécurité en Tanzanie. En février 2019, 274 445 réfugiés se trouvaient dans trois camps de réfugiés tanzaniens : Nduta, Mtendeli et Nyarugusu, dans les districts de Kibondo, Kankoko.
Des attaques répétées de la part d’hommes armés qui proviendraient du Burundi, notamment des agents du Service de renseignement burundais (SNR) et de la célèbre milice Imbonerakure, ont été signalées plusieurs fois. Depuis le début de 2019, près de 200 violations des droits humains ont été signalées dans les camps.
Il s’agit notamment de cas de violence sexuelle, d’arrestations arbitraires, de torture et autres traitements dégradants et inhumains, de disparitions forcées et de vols à main armée, toutes ces misères que les réfugiés ont fuies de leur pays d’origine. Le harcèlement et les violations se seraient multipliés pour tenter de forcer les réfugiés burundais à rentrer chez eux. En outre, les autorités tanzaniennes, y compris le Président John Pombe Magufuli, le Dr Damas Ndumbaro, Vice-Ministre des affaires intérieures, et le Premier Ministre Kassim Majaliwa, continuent d’insister pour que la paix et la sécurité règnent au Burundi, et pressent les réfugiés à rentrer chez eux.
Veuillez trouver en bas l’intégralité de l’appel urgent en anglais mais dont le résumé du contenu est résumé en haut :
BAG URGENT APPEAL FOR BDI REFUGEES IN TANZANIA (July 2019)

Ce contenu a été publié dans Nouvelles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *