RAPPORT DE MONITORING DES VIOLATIONS ET ATTEINTES AUX DROITS DE L’HOMME RECENSE POUR JUIN 2022

Concernant la période couverte par le présent rapport onze (11) cas d’assassinats, un (1) cas d’enlèvements, vingt-sept (27) cas d’arrestations arbitraires et détentions illégales ainsi que dix (10) cas d’atteintes à l’intégrité physique, ont pu être répertoriés.

Veuillez trouver en bas l’intégralité du rapport :
Rapport de monitoring de violations et atteintes aux droits de l’homme recensé par Acat-Burundi pour juin 2022

Publié dans Rapports | Laisser un commentaire

Déclaration orale de la FIACAT co-sponsorisée par CCPR Centre, EurAc, Protection international Africa et OMCT

Monsieur le Rapporteur spécial,
Les organisations signataires (1) se réjouissent de la réouverture de la radio BBC. Néanmoins des atteintes à la liberté d’expression persistent, se traduisant par une pression permanente contre des journalistes qui ne peuvent pas s’exprimer librement.
Elles dénoncent la persistance de graves violations des droits humains malgré un discours politique apaisant du chef de l’Etat. Depuis octobre 2021 jusqu’au 31 mai 2022, les organisations de droits humains au Burundi dressent un bilan alarmant: 732 assassinats, 53 enlèvements ou disparitions, 257 atteintes à l’intégrité physique, 224 arrestations et détentions arbitraires, 42 personnes torturées et 99 victimes de violences basées sur le genre.
Elles condamnent fermement l’absence de justice pour les victimes et l’impunité des auteurs présumés identifiés parmi certains agents des forces de l’ordre, du Service national de renseignement (SNR) et des Imbonerakure plutôt encouragés par des officiels au pouvoir. Elles condamnent particulièrement la violence du SNR, par exemple dans le cas du Dr Christophe Sahabo arrêté le 1 er avril 2022 sans mandat d’arrêt et détenu par ce service de manière illégale et irrégulière. Elles s’inquiètent également de la mise en place récente d’une Force de Réserve et d’Appui au Développement (FRAD) qui pourrait couvrir les actions criminelles du gouvernement.
Elles demandent la libération immédiate de l’avocat défenseur des droits humains, Tony Germain Nkina, incarcéré suite à un procès inéquitable motivé de toute évidence par son ancienne affiliation à l’APRODH.
Enfin, les organisations signataires dénoncent le refus de collaboration avec votre mandat et demandent aux autorités burundaises d’autoriser votre visite au Burundi pour surveiller la situation des droits humains.
Je vous remercie
(1)  ACAT-Burundi, AJBE, APRODH, CAVIB, CB-CPI, Coalition des DDHS, COSOME, ESDDH, FOCODE, FORSC, Light For All, Ligue Iteka, MFFPS, Mouvement Inamahoro, RCP, SOS-Torture/Burundi, Tournons La Page-Burundi et UBJ soutenues par le CCPR-Centre, EurAc, la FIACAT, l’OMCT et Protection International Africa.

Télécharger la version PDF 

Publié dans Rapports | Laisser un commentaire

DECLARATION DE L’ACAT-BURUNDI POUR LA JOURNEE INTERNATIONALE DE SOUTIEN AUX VICTIMES DE TORTURE CELEBREE TOUS LES 26 JUIN

« Les tortionnaires ne doivent jamais être autorisés à échapper aux conséquences de leurs crimes, et les systèmes qui permettent la torture devraient être démantelés ou transformés. »

Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres

ACAT-BURUNDI se joint tous les 26 juin de chaque année au monde entier pour célébrer la journée internationale pour le soutien aux victimes de la torture.

Pour rappel, la torture est un crime en vertu du droit international et fait l’objet d’une interdiction absolue qui ne peut être justifiée en aucune circonstance. Cette interdiction fait partie du droit international et s’applique à tous les membres de la communauté internationale, que l’État ait ou non ratifié les traités internationaux dans lesquels la torture est expressément interdite. La pratique systématique ou généralisée de la torture constitue un crime contre l’humanité. Le Code pénal du Burundi incrimine ces actes ignobles dans ses articles 206 à 211.

Voici en bas l’intégralité de la déclaration :
Déclaration de l’Acat-Burundi pour la journée internationale de soutien aux victimes de torture célébrée tous les 26 juin, édition 2022

Publié dans Nouvelles | Laisser un commentaire

BURUNDIAN REFUGEES: DIFFERING APPLICATION OF CONVENTIONS BY COUNTRIES OF ASYLUM IN THE SUB-REGION

An analysis conducted by ACAT-BURUNDI

Action by Christians for the Abolition of Torture in Burundi (ACAT-BURUNDI) initiated this study on Burundian refugees in the countries of the sub-region, focusing on the differentiated application of the conventions by the asylum countries.

Overall, the objective is to conduct a comparative analysis on the situation of Burundian refugees in some countries of the sub-region, following the 2015 political crisis in Burundi, in order to determine the challenges and benefits for these Burundians in these countries of exile.

More specifically, the study aims to :

• To show the type of humanitarian assistance received by Burundian refugees in these different countries;
• Focus on security and security incidents for urban refugees and those living in camps in these different countries of asylum;
• To show the resilience of Burundian refugees in these different countries, the challenges, advantages and opportunities that these refugees enjoy in living in difficult conditions of exile.

In terms of methodological approach, the study covers the period from the outbreak of the 2015 crisis to December 2021. Spatially, the host countries concerned are Tanzania, DRC, Rwanda, Uganda and Kenya.

Various documentary resources were used, such as reports from institutions and organisations involved in the protection of human rights in general and refugees in particular. The data processing was carried out taking into account the normative and institutional framework for refugee protection at the international and regional levels as well as the same comparative criteria, namely reception, security, access to identity and travel documents, logistical support, adaptability and resilience.

The main constraint was the impossibility of visiting refugee camps in the target countries for individual interviews or focus groups and exchanges with government services, the UNHCR and NGOs working with refugees.

In order to overcome this difficulty, the opinions and testimonies of refugees were collected through a questionnaire on their respective living conditions. Other testimonies of refugees, published or broadcast by the media, were also used to complete the answers to the questionnaire.

With regard to the normative and institutional framework for the protection of refugees, the countries hosting Burundian refugees have ratified the 1951 Convention relating to the Status of Refugees and its 1967 Protocol.
At the regional level, the same countries hosting Burundian refugees are parties to the OAU Convention Governing the Specific Aspects of Refugee Problems in Africa, which was adopted on 10 September 1969 and entered into force on 20 January 1974.

Then, in addition to these conventions, UN member states made commitments to refugees and migrants in the New York Declaration in September 2016, including the development of a “Comprehensive Framework of Action for Refugees”, which led to the adoption of the “Global Compact on Refugees” by the UN General Assembly on 17 December 2018.

With regard to the conditions of reception of Burundian refugees in host countries, stakeholders such as the UNHCR and partner organisations are facing difficulties in funding their aid programmes, aggravated by the Covid-19 pandemic since the beginning of 2020.

Concerning vulnerable categories, once they have been received and settled in reception centres and camps in the different countries, cases of vulnerability have been identified and taken into account by the UNHCR and its partners in the humanitarian action plans to be submitted to donors for material and financial support.

The freedom of movement of refugees is regulated differently in the host countries: in Rwanda, Uganda and the DRC, refugees have the freedom to move and settle in localities of their choice. However, this freedom implies the obligation to take care of themselves, whereas in the camps, the basic needs of refugees, such as housing, food and health, are relatively covered by the UNHCR and its partners. In contrast, in Tanzania and Kenya, refugees have to stay in the camps and are not allowed to move freely. In the various host countries, refugees face difficult or impossible access to identity and travel documents, with the exception of Rwanda.

Regarding logistical support and specific services, the vast majority of Burundian refugees remain dependent on international humanitarian aid as the coverage of their needs remains insufficient since the outbreak of the crisis in 2015. The Covid-19 pandemic has had a negative impact on the lives of refugees both in camps and in urban areas in all countries.

On the security front, some Burundian refugees, including political opponents and human rights defenders, allegedly involved in the 2015 coup attempt, are in the sights of the Burundian government, which is demanding their extradition to Burundi to be tried in Rwanda.

But other threats are manifested in the form of pressure exerted on refugees by the authorities of certain host countries, mainly Tanzania, where refugees are the most mistreated and victims of killings, abduction, extradition and forced disappearance. In the DRC, Burundian refugees remain under threat from multiple armed groups in North and South Kivu.

In terms of economic inclusion and resilience of refugees, host countries, UNHCR and its NGO partners play an important role in the economic inclusion of refugees from the time of their reception and settlement. Comparatively, Rwanda and Uganda are most highly rated by refugees as the countries that offer the best prospects for economic inclusion and resilience compared to Kenya and DRC. Tanzania is seen as the country with the most barriers to inclusion for Burundian refugees.

From the above, it is clear that the countries hosting the refugees, the UNHCR, humanitarian organisations and partner organisations in humanitarian assistance have played their role well in receiving and caring for the refugees. Refugees have generally had access to basic services such as housing, food, education, health and care for vulnerable people.

However, many challenges remain as the majority of refugees remain dependent on humanitarian assistance, which has been underfunded since the crisis began in 2015. On the security front, refugees in Tanzania in particular are subject to multiple forms of pressure to return, including acts of infringement of their security and freedom, in violation of the principle of voluntary repatriation guaranteed by refugee legislation. In the DRC, refugees face the threat of armed groups in South Kivu.

The political changeover in 2020 has led to a significant movement of repatriation of refugees. But for many other refugees, return to their country is not envisaged. They consider that the situation that led to their exile has not changed. Of course, the repatriation of refugees and their socio-economic reintegration into Burundi is the ideal and sustainable solution, but the preconditions of political stability and good governance must be guaranteed to reassure the still reluctant refugees.

The influential actors in Burundi, in the Great Lakes sub-region and at the level of the international community should therefore continue to accompany Burundi in the promotion of good governance and respect for human rights in order to improve the socio-political climate for the voluntary and massive repatriation of refugees.

In the meantime, Burundian refugees who still fear persecution should not continue to be forgotten. Rather, they should benefit more from the protection of the international community, the institutions of the host countries, UNHCR and its partners in the perspective of durable solutions for socio-economic inclusion and resilience in the host countries.

Recommendations are thus formulated and addressed to the Government of Burundi, to the countries of the sub-region that host Burundi and to the international community.

Please find the full analysis below:
Analysis Acat-Burundi on the differentiated application of the conventions for Burundian refugees by the asylum countries sub-region

Publié dans Etudes, Nouvelles | Laisser un commentaire

REFUGIES BURUNDAIS : UNE APPLICATION DIFFERENCIEE DES CONVENTIONS PAR LES PAYS D’ASILE DE LA SOUS-REGION

Une analyse menée par Acat-Burundi

L’Action des Chrétiens pour l’Abolition de la Torture au Burundi (ACAT-BURUNDI) a initié cette étude sur les réfugiés burundais dans les pays de la sous-région en se focalisant sur l’application différenciée des conventions par les pays d’asile.

Globalement, l’objectif consiste à mener une analyse comparative sur la situation des réfugiés burundais se trouvant dans certains pays de la sous-région, suite à la crise politique de 2015 au Burundi afin de déterminer les défis et les avantages dont bénéficient ces Burundais dans ces pays d’exil.

Plus spécifiquement, l’étude vise à :

• Montrer le type d’assistance humanitaire reçu par les réfugiés burundais dans ces différents pays ;
• Mettre un accent sur la sécurité et les incidents de sécurité pour les réfugiés urbains et ceux vivant dans les camps dans ces différents pays d’asile ;
• Montrer la résilience des réfugiés burundais dans ces différents pays, les défis, les avantages et opportunités dont bénéficient ces réfugiés pour vivre dans des conditions difficiles d’exil.

Au niveau de l’approche méthodologique, l’étude porte sur la période allant du déclenchement de la crise de 2015 au mois de décembre 2021. Au niveau spatial, les pays d’accueil concernés sont la Tanzanie, la RDC, le Rwanda, l’Ouganda et le Kenya.

Diverses ressources documentaires ont été exploitées comme les rapports des institutions et organisations intervenant dans la protection des droits humains en général et des réfugiés en particulier. Le traitement des données a été effectué en tenant compte du cadre normatif et institutionnel de protection des réfugiés à l’échelle internationale et régionale ainsi que des critères comparatifs identiques, à savoir l’accueil, la sécurité, l’accès aux pièces d’identité et aux documents de voyage, l’appui logistique, l’adaptabilité et la résilience.

La contrainte majeure a été principalement l’impossibilité d’effectuer des descentes dans les camps de réfugiés des pays cibles pour des entretiens individuels ou des focus group et des échanges avec les services gouvernementaux, le HCR et les ONGs intervenant en faveur des réfugiés.

Afin de contourner cette difficulté, des avis et témoignages des réfugiés ont été recueillis à travers un questionnaire portant sur leurs conditions de vie respectives. D’autres témoignages des réfugiés, publiés ou radiodiffusés par les médias, ont été également exploités en vue de compléter les réponses du questionnaire.

En ce qui concerne le cadre normatif et institutionnel de protection des réfugiés, les pays d’accueil des réfugiés burundais ont ratifié la Convention relative au statut des réfugiés de 1951 et son protocole de 1967.
Sur le plan régional, les mêmes pays d’accueil des réfugiés burundais sont parties à la Convention de l’OUA régissant les aspects propres aux problèmes des réfugiés en Afrique, adoptée le 10 septembre 1969 et entrée en vigueur le 20 janvier 1974.

Puis, en plus de ces conventions, les Etats membres de l’ONU ont pris des engagements en faveur des réfugiés et des migrants, dans le cadre de la Déclaration de New York, en septembre 2016, dont l’élaboration d’un « Cadre d’action global pour les réfugiés », qui ont abouti à l’adoption du « Pacte mondial sur les réfugiés » par l’Assemblée Générale des Nations Unies le 17 décembre 2018.

En ce qui concerne les conditions d’accueil des réfugiés burundais dans les pays d’accueil, les intervenants comme le HCR et les organisations partenaires font face aux difficultés de financement de leurs programmes d’aide, aggravées par la pandémie de la Covid-19 depuis le début de l’année 2020.

Concernant les catégories vulnérables, une fois accueillis et installés dans les centres d’accueil et les camps dans les différents pays, des cas de vulnérabilité ont été relevés et pris en compte par le HCR et ses partenaires dans les plans d’actions humanitaires à soumettre aux donateurs pour appui matériel et financier.

La liberté mouvement des réfugiés est différemment réglementée dans les pays d’accueil : au Rwanda, en Ouganda et en RDC, les réfugiés ont la liberté de circuler et de s’installer dans des localités de leurs choix. Cette liberté implique cependant l’obligation de se prendre en charge alors que dans les camps, les besoins de première nécessité des réfugiés, comme le logement, la nourriture, la santé, sont relativement couverts par le HCR et ses partenaires. Par contre, en Tanzanie et au Kenya, les réfugiés doivent rester dans les camps et n’ont pas le droit de circuler librement. Dans les différents pays d’accueil, les réfugiés sont confrontés à l’accès difficile ou impossible aux pièces d’identité et aux documents de voyage, à l’exception du Rwanda.

Concernant l’appui logistique et les services spécifiques, la grande majorité des réfugiés burundais reste sous la dépendance de l’aide humanitaire internationale au moment où la couverture de leurs besoins demeure insuffisante depuis l’éclatement de la crise en 2015. La pandémie de la Covid-19 a eu un impact négatif sur la vie des réfugiés tant dans les camps que dans les milieux urbains dans tous les pays.

Sur le plan sécuritaire, certains réfugiés burundais, parmi les opposants politiques et les Défenseurs des droits humains, présumés impliqués dans la tentative de coup d’Etat de 2015, sont dans la ligne de mire du Gouvernement burundais qui réclame auprès des pays les hébergent, le Rwanda notamment, leur extradition pour être jugés au Burundi.

Mais d’autres menaces se manifestent sous forme de pression exercée sur les réfugiés par les autorités de certains pays d’accueil comme la Tanzanie principalement où les réfugiés sont les plus maltraités et victimes des tueries, d’enlèvement, d’extradition, de disparition forcées. En RDC, les réfugiés burundais restent sous la menace de multiples groupes armés qui existent dans le Nord et le Sud-Kivu.

Au niveau de l’inclusion économique et de la résilience des réfugiés, les pays d’accueil, le HCR et ses ONGs partenaires jouent un rôle important dans l’inclusion économique des réfugiés dès leur accueil et installation. Comparativement, le Rwanda et l’Ouganda sont les mieux appréciés par les réfugiés comme les pays qui offrent les meilleures perspectives d’inclusion économique et de résilience par rapport au Kenya et à la RDC. La Tanzanie est considérée comme le pays où les obstacles à l’inclusion des réfugiés burundais sont plus nombreux.

De tout ce qui précède, il ressort que les pays qui hébergent les réfugiés, le HCR, les organisations humanitaires et les organisations partenaires dans l’assistance humanitaire ont bien joué leur rôle dans l’accueil et la prise en charge des réfugiés. Ces derniers ont généralement eu accès aux services de base comme le logement, l’alimentation, l’éducation, la santé, à la prise en charge des personnes vulnérables.

Toutefois, des défis restent nombreux  car la majorité des réfugiés reste sous la dépendance humanitaire dont le financement reste insuffisant depuis le début de la crise en 2015. Sur le plan sécuritaire, les réfugiés se trouvant en Tanzanie font particulièrement l’objet de multiples formes de pression visant à les forcer à rentrer, y compris des actes d’atteinte à leur sécurité et liberté, en violation du principe de rapatriement volontaire garanti par les textes régissant les réfugiés. En RDC, les réfugiés font face à la menace des groupes armés dans le Sud-Kivu.

L’alternance politique de 2020 a occasionné un mouvement important de rapatriement des réfugiés. Mais pour bien d’autres réfugiés, le retour au pays n’est pas envisagé. Ils considèrent que la situation qui est à la base de leur exil n’a pas changé. Certes, le rapatriement des réfugiés et leur réinsertion socio-économique au Burundi est la solution idéale et durable mais des préalables de stabilité politique et de bonne gouvernance doivent être garantis pour rassurer les réfugiés encore réticents.

Les acteurs influents au Burundi, dans la sous-région des grands lacs et au niveau de la communauté internationale, devraient donc continuer d’accompagner le Burundi dans la promotion de la bonne gouvernance et du respect des droits humains pour assainir un climat socio-politique favorable au rapatriement volontaire et massif des réfugiés.

En attendant, les réfugiés burundais qui craignent encore la persécution ne doivent pas continuer de tomber dans l’oubli. Ils devraient plutôt bénéficier davantage de la protection de la communauté internationale, des institutions des pays d’accueil, du HCR et de ses partenaires dans la perspective des solutions durables d’inclusion socio-économique et de résilience dans les pays hôtes.

Des recommandations sont ainsi formulées et adressées au Gouvernement du Burundi, aux pays de la sous région qui hébergent le Burundi ainsi qu’à la Communauté internationale.

Veuillez trouver en bas l’intégralité de l’étude en bas :
Analyse Acat- Burundi sur l’application différenciée pour les réfugiés burundais des conventions par les pays d’asile de la sous-région

Publié dans Etudes, Nouvelles | Laisser un commentaire

RAPPORT DE MONITORING DES VIOLATIONS ET ATTEINTES AUX DROITS HUMAINS RECENSE PAR ACAT BURUNDI POUR MAI 2022

Durant le mois de mai 2022, seize (16) cas d’assassinats, un (1) cas d’enlèvement, dix (10) cas d’arrestations arbitraires et détentions illégales ainsi que six (6) cas d’atteintes à l’intégrité physique ont pu être répertoriés par ACAT-BURUNDI comme violations et atteintes aux droits de l’homme au Burundi.

Veuillez trouver en bas l’intégralité du rapport :
Rapport mensuel des violations et atteintes aux droits de l’homme recensé par Acat-Burundi pour mai 2022

Publié dans Rapports | Laisser un commentaire

DECLARATION DE L’ACAT-BURUNDI SUR LES IRREGULARITES PROCEDURALES DANS LE TRAITEMENT DES DOSSIERS DES PRISONNIERS POLITIQUES : CAS DES MILITAIRES ARRETES APRES L’ ATTAQUE DU CAMP MILITAIRE DE MUKONI DE JANVIER 2017

Dans nos différentes publications, ACAT-BURUNDI a toujours dénoncé une lenteur prononcée dans le traitement des dossiers judiciaires des détenus poursuivis pour des crimes à caractère politique . ACAT-BURUNDI va d’une manière continuelle porter à la connaissance de l’opinion les cas des détenus dont leurs dossiers sont gardés dans les tiroirs des juridictions et qui connaissent pour le moment des délais déraisonnables sans qu’ils soient traités par les juridictions saisies.
Par la présente, ACAT-BURUNDI voudrait encore une fois interpeller les autorités habilitées sur la lenteur observée dans le traitement des affaires judiciaires n° RPC 3789, 3795 et 3796 opposant le Ministère Public aux prévenus accusés dans l’affaire relative à l’attaque du camp militaire de MUKONI.
Pour bien éclairer la lanterne du lecteur, nous allons commencer par rappeler les faits entourant le contexte de leur arrestation jusqu’à l’état actuel de la procédure. Ensuite suivront les irrégularités constatées et enfin les recommandations .

Veuillez trouver en bas l’intégralité de la déclaration :
Déclaration de l’Acat-Burundi sur les irrégularités procédurales dans le dossier judiciaire relatif à l’attaque du camp de Mukoni en Janvier 2017

Publié dans Nouvelles | Laisser un commentaire

RAPPORT DE MONITORING DES VIOLATIONS ET ATTEINTES AUX DROITS DE L’HOMME RECENSE PAR ACAT-BURUNDI POUR AVRIL 2022

Concernant la période couverte par le présent rapport vingt un (21) cas d’assassinats, deux (2) cas d’enlèvements, vingt-trois (23) cas d’arrestations arbitraires et détentions illégales ainsi que cinq (5) cas d’atteintes à l’intégrité physique, ont pu être répertoriés.

Veuillez trouver en bas l’intégralité du rapport :
Rapport de monitoring des violations et atteintes aux droits recensé par Acat-Burundi pour avril 2022

Publié dans Nouvelles, Rapports | Laisser un commentaire

ANNUAL REPORT ON PRISONS , EDITION 2021

During the year 2021, ACAT-BURUNDI noted that human rights violations continued with impunity as a result of the socio-political and economic consequences of the political crisis that began in 2015 in Burundi. The change of leadership during the 2020 elections has not brought significant changes in the life of the country.

During the period covered by this annual report, some progress was observed, such as the release from prison of human rights defenders Nestor Nibitanga and Germain Rukuki. Nestor was released on 27 April 2021 following a presidential pardon, while Germain was released on 30 June 2021 following his appeal.

Then, the measure banning the activities of the PARCEM association, taken in June 2019, was lifted on 2 April 2021, while the Bonesha FM and BBC Fm media were once again operating. For Bonesha radio, which was destroyed in May 2015, the rebroadcasting of programmes resumed on 26 February 2021, while for BBC Fm radio, banned in March 2019, programmes resumed on 16 June 2021.

ACAT-BURUNDI also appreciates the progress made by the Ministry of Justice in relation to the bad practice of keeping in detention prisoners who have been acquitted or who have served their sentences. Then, there was the release of prisoners, including some political prisoners, with the aim of relieving overcrowding in prisons and restoring the rights of unjustly imprisoned prisoners.

Nevertheless, ACAT-BURUNDI remains concerned about the many obstacles to the exercise of public freedoms. In its latest report of September 2021, the United Nations Commission of Inquiry on the situation of human rights “deplores the fact that since the arrival in power of President Ndayishimiye, the democratic space remains closed and the tolerance for critical opinions remains limited even if the dynamics of relations between Burundi and the international community have changed. Despite some isolated symbolic gestures in the field of human rights, no structural reforms have been undertaken to improve the situation in a sustainable way. The rule of law continues to be progressively eroded and the risk factors for the deterioration of the human rights situation, although they have changed, remain present overall.

Impunity still remains a threat to the security and freedom of the population. Indeed, the main alleged perpetrators of human rights violations, identified among the agents of the forces of law and order, the National Intelligence Service (SNR) and members of the Imbonerakure militia, as well as certain administrative officials, are never prosecuted.

In relation to this recurrent deterioration in human rights violations, ACAT-BURUNDI deplores the speeches of good intentions made by the authorities, in this case the Head of State, but which are rarely translated into action. Clearly, there is still a long way to go for the respect of human rights in general, in particular the administration of justice and the improvement of prison conditions.

For example, from January to December 2021, ACAT-BURUNDI recorded 371 cases of assassinations, 251 cases of arbitrary detention, 54 cases of enforced disappearance, 37 cases of torture and 7 cases of extrajudicial executions.

The dysfunctions in the field of justice persist despite a certain evolution compared to the period before the accession to power of President Ndayishimiye Evariste.
This is particularly noticeable in the persistence of corruption, the interference of various authorities and members of the CNDD-FDD in the affairs of the judiciary, the failure to respect legal procedures and deadlines, the non-execution of judicial decisions, particularly those concerning the release of prisoners, and the inertia in certain procedures.

Repeated expectations of the rights to security and freedom of the person are still being orchestrated against militants of the National Congress for Freedom (CNL) party as well as ex-members of the Burundian armed forces (Ex-FAB), mainly from the Tutsi minority. They are all wrongly accused of collaborating with the armed groups attacking Burundi.

Armed attacks by unidentified groups and others claimed by the Red Tabara have led to a recent increase in enforced disappearances, torture and arbitrary arrests and imprisonment.

Within the prisons, acts of torture and ill-treatment are still inflicted on members of the CNL, the MSD, ex-military or police officers of the Burundian Armed Forces, people who demonstrated against the third mandate in 2015, and other prisoners of conscience, especially in Mpimba and Gitega prison. ACAT-BURUNDI notes that there are still judicial files of these categories of prisoners mentioned above which are not evolving in accordance with the law.

On the ground, ACAT-BURUNDI notes that the prison population statistics do not always evolve favourably and even show a considerably high occupancy rate, reaching 800% of the capacity of prisons such as Muramvya prison.

The deadly fire in Gitega prison on 7 December 2021 caused significant material and human damage, which exacerbated the poor conditions of detention, which were already precarious due to the high level of prison overcrowding. Gitega prison is also facing other challenges in the Burundian prison environment, which further complicates the life of prisoners in this prison.

This report is a summary of the monthly reports produced from January to December 2021 and concerns the penitentiary establishments of GITEGA, MURAMVYA, BUJUMBURA, BUBANZA,NGOZI , RUTANA, RUYIGI, MUYINGA and RUMONGE.

It focuses mainly on prison conditions, taking into account the rights guaranteed to persons deprived of their liberty and prison overcrowding; the administration of these prisons as well as irregularities or malfunctions in the judicial files of persons deprived of their liberty will be addressed.

This report also addresses the referral of victims of human rights violations, mainly in prisons in the area covered by ACAT-BURUNDI, to the UN and African human rights mechanisms.

Finally, this report looks at the management of the COVID 19 pandemic in general in the Burundian prison environment.
Recommendations are made to the various key actors in the administration of prisons and access to justice in Burundi.
Please find below the full report:
ACAT-BURUNDI prison report, 2021 edition

Publié dans Rapports | Laisser un commentaire

RAPPORT DE L’ACAT-BURUNDI SUR LES PRISONS,EDITION 2021

Au cours de l’année 2021, ACAT-BURUNDI a constaté que les violations des droits humains se sont poursuivies en toute impunité suite aux conséquences socio-politiques et économiques de la crise politique qui a débuté en 2015 au Burundi. Le changement des dirigeants à la tête du pays au cours des élections de 2020 n’a pas apporté de changements significatifs dans la vie du pays.

Durant la période couverte par le présent rapport annuel, certaines avancées observées sont à saluer comme la libération de la prison des défenseurs des droits de l’homme, Nestor Nibitanga et Germain Rukuki. Nestor a été libéré le 27 avril 2021 suite à une mesure de la grâce présidentielle, tandis que Germain a été libéré le 30 juin 2021 après son jugement en appel.

Puis, la mesure d’interdiction des activités de l’association PARCEM, prise en juin 2019, a été levée le 2 avril 2021 tandis que les médias Bonesha FM et BBC Fm ont de nouveau fonctionné. Pour la radio Bonesha, qui a été détruite en mai 2015, la rediffusion des émissions a repris en date du 26 février 2021 tandis que pour la radio BBC Fm, interdite en mars 2019, les émissions ont repris le 16 juin 2021.

ACAT-BURUNDI apprécie également les avancées du ministère de la Justice par rapport à la mauvaise pratique de maintenir en détention les prisonniers acquittés ou qui ont purgé les peines. Puis, il y a eu libération des prisonniers dont certains prisonniers politiques dans l’objectif de désengorger les établissements pénitentiaires et de rétablir les prisonniers incarcérés injustement dans leurs droits.

Néanmoins, ACAT-BURUNDI reste préoccupée par de nombreuses entraves à l’exercice des libertés publiques. Dans son dernier rapport, la commission d’enquête des Nations Unies sur la situation des droits de l’homme dans son dernier rapport de septembre 2021 « déplore que depuis l ‘arrivée au pouvoir du Président Ndayishimiye, l’espace démocratique reste fermé et la tolérance pour des avis critiques demeure limité même si la dynamique des relations entre le Burundi et la communauté internationale a changé. Malgré certains gestes symboliques isolés dans le domaine des droits de l’homme, aucune réforme structurelle n’a été engagée pour améliorer durablement la situation. L’état de droit poursuit son érosion progressive et les facteurs de risque de détérioration de la situation des droits de l’homme, qui ont certes évolué, demeurent globalement présents. »

L’impunité demeure toujours une menace pour la sécurité et la liberté des populations. En effet, les principaux auteurs présumés des violations des droits humains, identifiés parmi les agents des forces de l’ordre, du Service national de renseignement (SNR) et des membres de la milice Imbonerakure de même que certains administratifs ne sont jamais poursuivis.

Par rapport à cette récurrence de la dégradation des violations des droits humains, ACAT-BURUNDI déplore des discours de bonne intention des autorités, en l’occurrence du Chef de l’État ,mais qui sont rarement traduits en actes. Manifestement, le chemin à parcourir reste long pour le respect des droits humains en général notamment l’administration de la Justice et l’amélioration des conditions carcérales.

A titre illustratif, de janvier à décembre 2021, ACAT-BURUNDI a recensé 371 cas d’assassinats, 251 cas de détentions arbitraires,54 cas de disparitions forcées ,37 cas de personnes torturées et 7 cas d’exécutions extrajudiciaires .

Les dysfonctionnements dans le domaine de la Justice perdurent malgré une certaine évolution par rapport à la période d’avant l’accession au pouvoir du Président Ndayishimiye Evariste.
Cela se remarque particulièrement par la persistance de la corruption, les interférences des autorités diverses et des membres du CNDD-FDD dans les affaires de la Justice, le non-respect des procédures et des délais légaux, la non-exécution des décisions de Justice, notamment celles de remise en liberté des prisonniers ainsi que l’inertie dans certaines procédures.

Des attentes répétitives aux droits à la sécurité et à la liberté des personnes sont toujours orchestrées à l’endroit des militants du parti le Congrès National pour la Liberté (CNL) ainsi qu’à des ex-membres des forces armées burundaises (Ex-FAB) constitués principalement par la minorité tutsi. Ils sont tous abusivement accusés de collaborer avec les groupes armés qui attaquent le Burundi.

Des attaques armées par des groupes non identifiés et d’autres revendiqués par le Red Tabara ont occasionné une augmentation récente des disparitions forcées, de la torture ainsi que des arrestations et emprisonnements arbitraires.

Au sein des prisons, des actes de torture et de mauvais traitements sont toujours infligés aux membres du CNL, du MSD, des ex-militaires ou policiers des Forces Armées Burundaises, des personnes ayant manifesté contre le troisième mandat en 2015 et autres prisonniers d’opinion surtout dans la prison de Mpimba et Gitega. ACAT-BURUNDI constate qu’il y a encore des dossiers judiciaires de ces catégories de prisonniers évoqués ci-haut qui n’évoluent pas conformément à la loi.

Sur le terrain, ACAT-BURUNDI constate que les statistiques de la population carcérale n’évoluent pas toujours favorablement et dégagent même un taux d’occupation considérablement élevé, atteignant même 800 % de la capacité d’accueil des établissements pénitentiaires comme la prison de Muramvya.

L’incendie meurtrier survenu dans la prison de Gitega en date du 7 décembre 2021 a causé d’importants dégâts matériels et humains qui ont accentué les mauvaises conditions de détention qui étaient déjà précaires suite à la surpopulation carcérale élevée. La prison de Gitega est confrontée aussi à d’autres défis que connaît le milieu carcéral burundais, ce qui complique davantage la vie des prisonniers dans cette prison.

Le présent rapport est un condensé des rapports mensuels produits de janvier à décembre 2021 et concerne les établissements pénitentiaires de GITEGA, MURAMVYA, BUJUMBURA, BUBANZA,NGOZI , RUTANA, RUYIGI, MUYINGA et RUMONGE.

Il se focalise principalement sur les conditions carcérales en tenant compte des droits garantis aux personnes privées de liberté et la surpopulation carcérale ; l’administration de ces établissements pénitentiaires ainsi que les irrégularités ou les dysfonctionnements constatés dans les dossiers judiciaires des personnes privées de liberté seront abordées.

Ce rapport aborde également l ‘action de saisine des mécanismes internationaux des droits de l’homme onusiens et africains pour les victimes des violations des droits humains se trouvant principalement dans les prisons de la zone de couverture des activités de l’ACAT-BURUNDI.

Enfin, le présent rapport revient sur la gestion de la pandémie COVID 19 en général dans le milieu carcéral burundais.
Des recommandations sont formulées à l’endroit des différents acteurs clés dans l’administration pénitentiaire et l’accès à la justice au Burundi.

Veuillez trouver en bas l’intégralité du rapport :
Rapport sur les prisons de l’ACAT BURUNDI , édition 2021

Publié dans Rapports | Laisser un commentaire