RAPPORT DE MONITORING DE VIOLATIONS DES DROITS DES PRISONNIERS PRODUIT PAR ACAT BURUNDI POUR LE MOIS DE JANVIER 2019

Le Burundi est plongé dans une crise politico-sécuritaire depuis avril 2015, cette crise a plongé le pays dans un cycle infernal de violence. Depuis, de nombreux cas de violations des droits de l’homme ont été commis et continuent d’être perpétrés par un régime qui ne se soucie guère des malheurs de sa population. L’impunité est devenue un mode de gouvernance, ce qui semble mettre à l’abri ceux qui commettent ces violations.
Depuis lors, le régime NKURUNZIZA arrête et emprisonne toute personne qu’il soupçonne être opposant ou supposé à son système de gouvernance qui ne respecte pas les libertés publiques. Les organisations des droits de l’homme dont Acat-Burundi ne cessent de dénoncer des arrestations arbitraires et illégales, les personnes sont arrêtées sur base de leur appartenance politique et sont incarcérées dans des conditions inhumaines dans des maisons d’arrêt que nous pourrons qualifier de geôles.
De plus, les miliciens imbonerakure ont été recrutés et envoyés dans ces établissements pénitentiaires pour continuer à malmener ces détenus où ils sont torturés, privés de leurs droits par leurs paires tandis que d’autres emprisonnés dans des lieux dits correctionnels ou d’isolement sans qu’ils aient commis aucune faute punissable de la sorte, et tout cela sous l’œil complice de l’autorité pénitentiaire.
En dehors de ces cas de maltraitances dont sont victimes les détenus, un autre phénomène de violation des droits des détenus s’observe notamment la privation des soins aux détenus malades. Certains directeurs des maisons de détention constituent une entrave à la vie des détenus, ils se sont arrogés le droit de refuser la permission aux détenus qui ont besoin d’aller se faire soigner dans des centres sanitaires compétents et ainsi des vies ont été perdues suite à ces décisions iniques.
ACAT s’est engagée à contribuer à la dénonciation des violations des droits humains pour les personnes privées de liberté et les mauvaises conditions de détention qui règnent dans ces prisons afin que les autorités habilitées puissent se ressaisir et veiller au respect du règlement régissant les établissements pénitentiaires au Burundi.
Veuillez trouver en bas l’intégralité du rapport :
Rapport sur les violations des droits des prisonniers Janvier 2019

Publié dans Nouvelles, Rapports | Laisser un commentaire

RAPPORT DE MONITORING DE VIOLATIONS DES DROITS DE L’HOMME POUR LE MOIS DE JANVIER 2019

« Recrudescence du phénomène de la découverte des corps sans vie »

Acat-Burundi et d’autres organisations des droits de l’homme ne cessent de donner un crime d’alarme au moment où le Burundi reste le théâtre des violations graves des droits de l’homme. Le phénomène récurrent des corps sans vie découverts dans divers endroits comme les rivières, les buissons puis enterrés hâtivement par des responsables administratifs met en exergue une complicité présumée des hautes autorités avec les criminels.

Dans un contexte où la justice dépend de l’exécutif, l’aboutissement des enquêtes menées par le Ministère public sur des cas d’assassinats ou de disparitions forcées reste hypothétique en particulier lorsque les victimes sont des opposants politiques ou des défenseurs des droits de l’homme.

L’appareil judiciaire s’avère également impuissant face aux nombreux cas d’arrestations arbitraires et détentions illégales opérées par des agents de l’administration, du Service National de Renseignement ou des policiers en complicité avec les jeunes IMBONERAKURE en violation de la procédure qui régit la chaine pénale au Burundi.

Au regard de cette situation, les autorités burundaises doivent prendre conscience de la gravité de la situation et fournir un effort pour mettre fin aux récurrentes violations des droits humains.
Ainsi, pour la période couverte par le présent rapport, quinze (15) cas d’assassinats, vingt (20) d’arrestations arbitraires et détentions illégales, ainsi que dix-neuf (19) cas d’atteintes à l’intégrité physique dont six (6) cas de torture, ont pu être répertoriés.
Veuillez trouver en attaché l’intégralité du rapport :
Rapport de monitoring de violations des droits de l’homme de l’Acat Burundi pour janvier 2019

Publié dans Nouvelles, Rapports | Laisser un commentaire

APPEL DE SOUTIEN DE SOS RACISME ET LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE

Les organisations de la société civile burundaise en collaboration avec SOS Racisme appellent la communauté burundaise et plus largement les citoyens et défenseurs des droits humains de venir soutenir publiquement France 3, l’écrivain David Gakunzi et l’avocat Bernard Maingain, à l’occasion du procès intenté à leur encontre par Pierre Nkurunziza, dictateur du Burundi.
L’audience aura lieu au Tribunal Correctionnel de Paris, les 24 et 25 janvier 2019.
Rappelons que l’actuel pouvoir burundais s’est retiré du statut de Rome afin de tenter de se mettre à l’abri des poursuites enclenchées à son encontre par la Cour Pénale Internationale, poursuites liées à la perpétration de crimes graves contre sa propre population.
C’est pour éviter que ces crimes, toujours en cours, soient révélés et dénoncés que Pierre Nkurunziza intente des procès contre les auteurs de ces révélations ou de ces dénonciations.
Il faut nous opposer à cette tentative de déstabilisation des médias et des défenseurs des familles des victimes des crimes contre l’humanité.
Rendez-vous les 24 et 25 janvier à 13h30 au nouveau Palais de Justice (parvis du tribunal de Paris,75017 Paris, métro Porte de Clichy).
Nous assurerons l’accueil et vous mènerons à la salle d’audience. Pour tout renseignement :
Me Vital Nshimirimana, (+256) 770 832 422 (WhatsApp), e-mail: ruyagavi@gmail.com
Pour SOS Racisme, Mr Dan Cohen, (+33) 633 010 363, e-mail : dan.cohen@sos-racisme.org

Publié dans Nouvelles | Laisser un commentaire

RAPPORT DE MONITORING DE VIOLATIONS DES DROITS HUMAINS DE L’ACAT BURUNDI POUR DECEMBRE 2018

« Les imbonerakure source des malheurs des Burundais. »

Le Burundi reste toujours le théâtre des violations graves des droits de l’homme. Le phénomène récurrent des corps sans vie découverts dans divers endroits comme les rivières, les buissons puis enterrés hâtivement par des responsables administratifs met en exergue une complicité présumée des hautes autorités avec les criminels. Dans un contexte où la justice dépend de l’exécutif, l’aboutissement des enquêtes menées par le Ministère public sur des cas d’assassinats ou de disparitions forcées reste hypothétique en particulier lorsque les victimes sont des opposants politiques ou des défenseurs des droits de l’homme. L’appareil judiciaire s’avère également impuissant face aux nombreux cas d’arrestations arbitraires et détentions illégales opérées par des agents de l’administration, du Service National de Renseignement ou des policiers en complicité avec les jeunes IMBONERAKURE en violation de la procédure qui régit la chaine pénale au Burundi. Au regard de cette situation, les autorités burundaises doivent prendre conscience de la gravité de la situation et fournir un effort pour mettre fin aux récurrentes violations des droits humains.
Ainsi, pour la période couverte par le présent rapport, dix-neuf (19) cas d’assassinats, quatre (4) cas de disparitions forcées, vingt-trois (23) cas d’arrestations arbitraires et détentions illégales, ainsi que sept (7) cas d’atteintes à l’intégrité physique dont trois (3) cas de torture, et trois (3) de viols ont pu être répertoriés.

Rapport sur les vilolations et atteintes aux droits de l’homme répertoriées par ACAT BURUNDI au cours du mois de décembre 2018 (1)

Publié dans Nouvelles, Rapports | Laisser un commentaire

VŒUX DE L’ACAT-BURUNDI POUR L’AN 2019

Acat-Burundi souhaite à tous les burundais de vœux de bonne santé, de paix et prospérité malgré que nous nous trouvions dans une situation d’impasse et de peur, que 2019 soit une année où tous les burundais se lèvent pour leur liberté.
Nous savons que la lutte d’un peuple opprimé exige beaucoup de sacrifices mais nous devons prendre le courage à deux mains pour refuser la tyrannie du pouvoir du CNDD FDD. Cette tyrannie qui est matérialisé par de graves violations des droits de l’homme qui ne cessent d’être dénoncées doit prendre fin.
Il est grand temps que les burundais soient libérés de l’intimidation des Imbonerakure et des agents du service national de renseignement et de toutes les forces du mal (éléments du FDLR) qui opèrent à partir du Burundi. Nous devons nous battre pour l’accès à la justice, la lutte contre l’impunité doit être notre cheval de bataille en dénonçant toute acte d’injustice dans nos communautés.
De plus, la corruption qui gangrène tous les secteurs de la vie du pays et une économie qui va de mal en pis suite à la mauvaise gouvernance des dirigeants font que les burundais sont actuellement très appauvris mais doivent donner des contributions forcées pour les élections de 2020, citons la construction des stades et des permanences du parti au pouvoir même pour les non-membres de ce parti, cette situation devrait changer, la population doit dire non et être solidaire.
Les burundais ne doivent pas céder aux messages divisionnistes de haine proférées par les milieux du pouvoir, rappelons que les burundais de toutes ethnies font face aux mêmes défis de pauvreté, ils s’approvisionnent sur les mêmes marchés, ils font face ensemble à l’insécurité et la discrimination pour les non partisans du pouvoir ; etc. Pour y faire face, nous avons besoin de recouvrer les valeurs de probité et de bravoure d’antan qui ont caractérisé les filles et fils du Burundi afin de ne pas assister impuissamment à la chute en enfer de notre Burundi.
Acat-Burundi ose espérer que l’an 2019 nous apportera de nouvelles énergies et inspirations pour la restauration des valeurs d’éthique, de respect des droits de l’homme et des principes démocratiques pour notre chère patrie le Burundi.

Maitre Armel NIYONGERE
Président de l’Acat-Burundi

Publié dans Actions Publiques, Nouvelles | Laisser un commentaire

CRI D’ALARME D’UN COMPATRIOTE BURUNDAIS

Burundi : SERIONS-NOUS DE CEUX QUI ONT LAISSE FAIRE ?
Par David GAKUNZI

Ce n’est pas hier ni avant-hier. Ce n’est pas demain. C’est aujourd’hui. Trois longues années et des mois et des poussières de mille souffrances. Le Burundi comme un horizon sans horizon. Des paroles de haine. Des actes de cruauté. La parole officielle du jour qui ricane, l’apocalypse en promesse nationale.
Ce n’est ni hier, ni avant-hier, ni demain. C’est aujourd’hui. La barbarie de bon aloi. Le sort de milliers des gens semble déjà entendu. Scellé. Ils disparaîtront. La doctrine officielle le dit depuis trois longues années et des mois et des poussières. Des hommes ont déjà été désignés pour l’abattoir. Ce ne sera que du sang de chiens errants. Du sang de chèvres.
La chose. Les fanatiques de la haine commettront de nouveau la chose. Ce qui est déjà arrivé, arrivera. Le malheur que les mots ne pourront pas dire. L’horreur.
Au début, il y a eu les paroles. Les insultes : mujeris, chiens errants, ubwoko bubi, mauvaise race, bipinga, abamenja, les traîtres. Les mots qui déshumanisent. La haine qui prépare le crime. La haine vindicative comme idéal collectif. La haine puisée dans les mémoires manipulées, viviers de rancœurs exaltées. La haine comme théologie de l’émancipation collective. La haine en vie nouvelle. La haine comme appel à l’œuvre, l’éloquence démoniaque dissimulant le projet de crime. La haine comme bien national absolu. L’odeur de la haine. La puanteur de la haine. Le pays glissait. Dérivait.
Au début, il y a eu l’exhibition dans les rues. Les parades. Les foules, les pancartes, les insultes, les intimidations, les menaces. Les défilés de la haine. Les milices. Imbonerakure. Les exécuteurs. Ceux appelés à exécuter. Il y a ceux qui pensent et ceux qui cognent.
Après, il y a eu les coups. Le seuil franchi. Le premier meurtre : un gamin de quinze ans, Komezamahoro, Jean-Nepomuscène Komezamahoro. La balle à bout portant. Un meurtre puis un autre meurtre. Le crime suivi d’autres crimes. La porte était ouverte pour laisser passer la cruauté. La torture. Les cadavres par centaines dans les rues de Bujumbura un matin de décembre de l’année 2015. Les fosses communes. Les disparus. La terreur. Les femmes martyrisées. Transgression de toutes les lois humaines. Franchissement de toutes les limites.

LA CRUATE AU-DELA DE LA CRUATE. LA CRUATE NORMALISEE, LEGALISEE, LE DISCOURS OFFICIEL GRANDILOQUENT

Il y a eu des choses difficiles. Des choses difficiles à raconter. Des choses qui échappent aux mots. Des choses gravées sur le visage des victimes. Des choses sans aucune explication possible. Des choses infligées par des hommes à d’autres hommes. La cruauté au-delà de la cruauté. La cruauté comme droit souverain. La cruauté normalisée, légalisée, le discours officiel grandiloquent. La cruauté comme liberté absolue. La passion de la cruauté. L’habitude de la cruauté. L’insatiable cruauté réclamant aussitôt assouvie d’autres victimes. Des victimes, encore et encore. Des victimes condamnées à payer. Payer d’exister.
Ce n’est pas hier, ce n’est pas avant-hier, ce n’est nullement demain. C’est aujourd’hui.
Le Burundi pays désapproprié d’humanité, en sécession internationale, replié sur lui-même, ne respectant plus rien ni personne. Et au regard désolé et à la parole inquiète, terrifiée de l’extérieur, le délire de persécution comme parade officielle pour escamoter la réalité réfléchie par le miroir tendu : « De leur faute, c’est de leur faute ! Les Belges, la France, l’Europe, les Etats-Unis, l’Union africaine, les médias… C’est de leur faute ! Tous de connivence ! »
La déraison. La ruine de la raison : le Burundi pauvre victime de puissances occultes, étrangères, maléfiques ; le Burundi victime des Blancs, victime des Noirs, victime du Sénégal, du Burkina, du Rwanda. Le Rwanda, la haine mise en mots, désigné pays ennemi. Le Rwanda provoqué. Le Rwanda insulté, attaqué, cherché comme on cherche un ennemi en duel. Obsession récurrente de se mesurer au voisin du Nord symptomatique d’une haine radicale, racialiste, affirmée par des propos niant la réalité du génocide des Tutsis du Rwanda.
Ce n’est pas hier, ce n’est pas avant-hier, ce n’est nullement demain. C’est aujourd’hui.

J’AI PEUR POUR LE BURUNDI. J’AI PEUR POUR DES BURUNDAIS. J’AI PEUR POUR DES GENS COMME VOUS ET MOI

Que certaines conditions soient réunies et le crime sera commis, non plus kamwe kamwe, non pas au compte-goutte, comme aujourd’hui, mais en tas et en masse. La machine se sera emballée. Ceux désignés pour l’abattoir tomberont. Ils ne seront plus. Les tueurs tueront avec euphorie. La mort sera donnée en foule et en fête.
Et le monde versera des larmes. Et le monde bouleversé se posera les mêmes questions : comment les hommes peuvent-ils infliger cela à d’autres hommes ? Dans quel lieu de l’homme naît donc ainsi le surgissement de la monstruosité ? Le monde horrifié dira : en ce pays là-bas, la chose qui ne devait plus arriver est aussi arrivée. Est encore arrivée.
Ce n’est pas hier, ni avant-hier, ni demain. C’est aujourd’hui. Trois longues années et des mois et des poussières que tout cela dure. Nous savons. Alors ? Serons-nous de ceux qui ont laissé faire ?
J’ai peur pour le Burundi. J’ai peur pour des Burundais. J’ai peur pour des gens comme vous et moi. Ils ont un visage. Ils ont un nom. Ils méritent de vivre. Je n’écris pas pour eux. Je crie pour eux. Je crie pour que leur cri étouffé soit entendu. Aujourd’hui. Pas demain.

Publié dans Nouvelles | Laisser un commentaire