RAPPORT DE MONITORING DES VIOLATIONS ET ATTEINTES AUX DROITS DE L’HOMME RECENSE PAR ACAT-BURUNDI POUR AVRIL 2022

Concernant la période couverte par le présent rapport vingt un (21) cas d’assassinats, deux (2) cas d’enlèvements, vingt-trois (23) cas d’arrestations arbitraires et détentions illégales ainsi que cinq (5) cas d’atteintes à l’intégrité physique, ont pu être répertoriés.

Veuillez trouver en bas l’intégralité du rapport :
Rapport de monitoring des violations et atteintes aux droits recensé par Acat-Burundi pour avril 2022

Publié dans Nouvelles, Rapports | Laisser un commentaire

ANNUAL REPORT ON PRISONS , EDITION 2021

During the year 2021, ACAT-BURUNDI noted that human rights violations continued with impunity as a result of the socio-political and economic consequences of the political crisis that began in 2015 in Burundi. The change of leadership during the 2020 elections has not brought significant changes in the life of the country.

During the period covered by this annual report, some progress was observed, such as the release from prison of human rights defenders Nestor Nibitanga and Germain Rukuki. Nestor was released on 27 April 2021 following a presidential pardon, while Germain was released on 30 June 2021 following his appeal.

Then, the measure banning the activities of the PARCEM association, taken in June 2019, was lifted on 2 April 2021, while the Bonesha FM and BBC Fm media were once again operating. For Bonesha radio, which was destroyed in May 2015, the rebroadcasting of programmes resumed on 26 February 2021, while for BBC Fm radio, banned in March 2019, programmes resumed on 16 June 2021.

ACAT-BURUNDI also appreciates the progress made by the Ministry of Justice in relation to the bad practice of keeping in detention prisoners who have been acquitted or who have served their sentences. Then, there was the release of prisoners, including some political prisoners, with the aim of relieving overcrowding in prisons and restoring the rights of unjustly imprisoned prisoners.

Nevertheless, ACAT-BURUNDI remains concerned about the many obstacles to the exercise of public freedoms. In its latest report of September 2021, the United Nations Commission of Inquiry on the situation of human rights “deplores the fact that since the arrival in power of President Ndayishimiye, the democratic space remains closed and the tolerance for critical opinions remains limited even if the dynamics of relations between Burundi and the international community have changed. Despite some isolated symbolic gestures in the field of human rights, no structural reforms have been undertaken to improve the situation in a sustainable way. The rule of law continues to be progressively eroded and the risk factors for the deterioration of the human rights situation, although they have changed, remain present overall.

Impunity still remains a threat to the security and freedom of the population. Indeed, the main alleged perpetrators of human rights violations, identified among the agents of the forces of law and order, the National Intelligence Service (SNR) and members of the Imbonerakure militia, as well as certain administrative officials, are never prosecuted.

In relation to this recurrent deterioration in human rights violations, ACAT-BURUNDI deplores the speeches of good intentions made by the authorities, in this case the Head of State, but which are rarely translated into action. Clearly, there is still a long way to go for the respect of human rights in general, in particular the administration of justice and the improvement of prison conditions.

For example, from January to December 2021, ACAT-BURUNDI recorded 371 cases of assassinations, 251 cases of arbitrary detention, 54 cases of enforced disappearance, 37 cases of torture and 7 cases of extrajudicial executions.

The dysfunctions in the field of justice persist despite a certain evolution compared to the period before the accession to power of President Ndayishimiye Evariste.
This is particularly noticeable in the persistence of corruption, the interference of various authorities and members of the CNDD-FDD in the affairs of the judiciary, the failure to respect legal procedures and deadlines, the non-execution of judicial decisions, particularly those concerning the release of prisoners, and the inertia in certain procedures.

Repeated expectations of the rights to security and freedom of the person are still being orchestrated against militants of the National Congress for Freedom (CNL) party as well as ex-members of the Burundian armed forces (Ex-FAB), mainly from the Tutsi minority. They are all wrongly accused of collaborating with the armed groups attacking Burundi.

Armed attacks by unidentified groups and others claimed by the Red Tabara have led to a recent increase in enforced disappearances, torture and arbitrary arrests and imprisonment.

Within the prisons, acts of torture and ill-treatment are still inflicted on members of the CNL, the MSD, ex-military or police officers of the Burundian Armed Forces, people who demonstrated against the third mandate in 2015, and other prisoners of conscience, especially in Mpimba and Gitega prison. ACAT-BURUNDI notes that there are still judicial files of these categories of prisoners mentioned above which are not evolving in accordance with the law.

On the ground, ACAT-BURUNDI notes that the prison population statistics do not always evolve favourably and even show a considerably high occupancy rate, reaching 800% of the capacity of prisons such as Muramvya prison.

The deadly fire in Gitega prison on 7 December 2021 caused significant material and human damage, which exacerbated the poor conditions of detention, which were already precarious due to the high level of prison overcrowding. Gitega prison is also facing other challenges in the Burundian prison environment, which further complicates the life of prisoners in this prison.

This report is a summary of the monthly reports produced from January to December 2021 and concerns the penitentiary establishments of GITEGA, MURAMVYA, BUJUMBURA, BUBANZA,NGOZI , RUTANA, RUYIGI, MUYINGA and RUMONGE.

It focuses mainly on prison conditions, taking into account the rights guaranteed to persons deprived of their liberty and prison overcrowding; the administration of these prisons as well as irregularities or malfunctions in the judicial files of persons deprived of their liberty will be addressed.

This report also addresses the referral of victims of human rights violations, mainly in prisons in the area covered by ACAT-BURUNDI, to the UN and African human rights mechanisms.

Finally, this report looks at the management of the COVID 19 pandemic in general in the Burundian prison environment.
Recommendations are made to the various key actors in the administration of prisons and access to justice in Burundi.
Please find below the full report:
ACAT-BURUNDI prison report, 2021 edition

Publié dans Rapports | Laisser un commentaire

RAPPORT DE L’ACAT-BURUNDI SUR LES PRISONS,EDITION 2021

Au cours de l’année 2021, ACAT-BURUNDI a constaté que les violations des droits humains se sont poursuivies en toute impunité suite aux conséquences socio-politiques et économiques de la crise politique qui a débuté en 2015 au Burundi. Le changement des dirigeants à la tête du pays au cours des élections de 2020 n’a pas apporté de changements significatifs dans la vie du pays.

Durant la période couverte par le présent rapport annuel, certaines avancées observées sont à saluer comme la libération de la prison des défenseurs des droits de l’homme, Nestor Nibitanga et Germain Rukuki. Nestor a été libéré le 27 avril 2021 suite à une mesure de la grâce présidentielle, tandis que Germain a été libéré le 30 juin 2021 après son jugement en appel.

Puis, la mesure d’interdiction des activités de l’association PARCEM, prise en juin 2019, a été levée le 2 avril 2021 tandis que les médias Bonesha FM et BBC Fm ont de nouveau fonctionné. Pour la radio Bonesha, qui a été détruite en mai 2015, la rediffusion des émissions a repris en date du 26 février 2021 tandis que pour la radio BBC Fm, interdite en mars 2019, les émissions ont repris le 16 juin 2021.

ACAT-BURUNDI apprécie également les avancées du ministère de la Justice par rapport à la mauvaise pratique de maintenir en détention les prisonniers acquittés ou qui ont purgé les peines. Puis, il y a eu libération des prisonniers dont certains prisonniers politiques dans l’objectif de désengorger les établissements pénitentiaires et de rétablir les prisonniers incarcérés injustement dans leurs droits.

Néanmoins, ACAT-BURUNDI reste préoccupée par de nombreuses entraves à l’exercice des libertés publiques. Dans son dernier rapport, la commission d’enquête des Nations Unies sur la situation des droits de l’homme dans son dernier rapport de septembre 2021 « déplore que depuis l ‘arrivée au pouvoir du Président Ndayishimiye, l’espace démocratique reste fermé et la tolérance pour des avis critiques demeure limité même si la dynamique des relations entre le Burundi et la communauté internationale a changé. Malgré certains gestes symboliques isolés dans le domaine des droits de l’homme, aucune réforme structurelle n’a été engagée pour améliorer durablement la situation. L’état de droit poursuit son érosion progressive et les facteurs de risque de détérioration de la situation des droits de l’homme, qui ont certes évolué, demeurent globalement présents. »

L’impunité demeure toujours une menace pour la sécurité et la liberté des populations. En effet, les principaux auteurs présumés des violations des droits humains, identifiés parmi les agents des forces de l’ordre, du Service national de renseignement (SNR) et des membres de la milice Imbonerakure de même que certains administratifs ne sont jamais poursuivis.

Par rapport à cette récurrence de la dégradation des violations des droits humains, ACAT-BURUNDI déplore des discours de bonne intention des autorités, en l’occurrence du Chef de l’État ,mais qui sont rarement traduits en actes. Manifestement, le chemin à parcourir reste long pour le respect des droits humains en général notamment l’administration de la Justice et l’amélioration des conditions carcérales.

A titre illustratif, de janvier à décembre 2021, ACAT-BURUNDI a recensé 371 cas d’assassinats, 251 cas de détentions arbitraires,54 cas de disparitions forcées ,37 cas de personnes torturées et 7 cas d’exécutions extrajudiciaires .

Les dysfonctionnements dans le domaine de la Justice perdurent malgré une certaine évolution par rapport à la période d’avant l’accession au pouvoir du Président Ndayishimiye Evariste.
Cela se remarque particulièrement par la persistance de la corruption, les interférences des autorités diverses et des membres du CNDD-FDD dans les affaires de la Justice, le non-respect des procédures et des délais légaux, la non-exécution des décisions de Justice, notamment celles de remise en liberté des prisonniers ainsi que l’inertie dans certaines procédures.

Des attentes répétitives aux droits à la sécurité et à la liberté des personnes sont toujours orchestrées à l’endroit des militants du parti le Congrès National pour la Liberté (CNL) ainsi qu’à des ex-membres des forces armées burundaises (Ex-FAB) constitués principalement par la minorité tutsi. Ils sont tous abusivement accusés de collaborer avec les groupes armés qui attaquent le Burundi.

Des attaques armées par des groupes non identifiés et d’autres revendiqués par le Red Tabara ont occasionné une augmentation récente des disparitions forcées, de la torture ainsi que des arrestations et emprisonnements arbitraires.

Au sein des prisons, des actes de torture et de mauvais traitements sont toujours infligés aux membres du CNL, du MSD, des ex-militaires ou policiers des Forces Armées Burundaises, des personnes ayant manifesté contre le troisième mandat en 2015 et autres prisonniers d’opinion surtout dans la prison de Mpimba et Gitega. ACAT-BURUNDI constate qu’il y a encore des dossiers judiciaires de ces catégories de prisonniers évoqués ci-haut qui n’évoluent pas conformément à la loi.

Sur le terrain, ACAT-BURUNDI constate que les statistiques de la population carcérale n’évoluent pas toujours favorablement et dégagent même un taux d’occupation considérablement élevé, atteignant même 800 % de la capacité d’accueil des établissements pénitentiaires comme la prison de Muramvya.

L’incendie meurtrier survenu dans la prison de Gitega en date du 7 décembre 2021 a causé d’importants dégâts matériels et humains qui ont accentué les mauvaises conditions de détention qui étaient déjà précaires suite à la surpopulation carcérale élevée. La prison de Gitega est confrontée aussi à d’autres défis que connaît le milieu carcéral burundais, ce qui complique davantage la vie des prisonniers dans cette prison.

Le présent rapport est un condensé des rapports mensuels produits de janvier à décembre 2021 et concerne les établissements pénitentiaires de GITEGA, MURAMVYA, BUJUMBURA, BUBANZA,NGOZI , RUTANA, RUYIGI, MUYINGA et RUMONGE.

Il se focalise principalement sur les conditions carcérales en tenant compte des droits garantis aux personnes privées de liberté et la surpopulation carcérale ; l’administration de ces établissements pénitentiaires ainsi que les irrégularités ou les dysfonctionnements constatés dans les dossiers judiciaires des personnes privées de liberté seront abordées.

Ce rapport aborde également l ‘action de saisine des mécanismes internationaux des droits de l’homme onusiens et africains pour les victimes des violations des droits humains se trouvant principalement dans les prisons de la zone de couverture des activités de l’ACAT-BURUNDI.

Enfin, le présent rapport revient sur la gestion de la pandémie COVID 19 en général dans le milieu carcéral burundais.
Des recommandations sont formulées à l’endroit des différents acteurs clés dans l’administration pénitentiaire et l’accès à la justice au Burundi.

Veuillez trouver en bas l’intégralité du rapport :
Rapport sur les prisons de l’ACAT BURUNDI , édition 2021

Publié dans Rapports | Laisser un commentaire

RAPPORT DE MONITORING DE VIOLATIONS DES DROITS DES PRISONNIERS RECENSE PAR ACAT-BURUNDI DE JANVIER A MARS 2022

Au cours de ce trimestre (janvier, février et mars 2022) concerné par le présent rapport, ACAT BURUNDI a continué à observer des cas des violations des droits des personnes privées de liberté détenues dans les établissements pénitentiaires des provinces de Bubanza, Bujumbura Mairie (Prison Mpimba), Bururi, Muyinga, Ruyigi, Rutana, Gitega, Muramvya, Ngozi et Rumonge.

Les violations observées dans ces différentes prisons sont notamment des cas de traitements inhumains et dégradants constitutifs d’actes de torture, les difficultés liées aux soins de santé, l’Insuffisance alimentaire ainsi que d’autres violations surtout dues à surpopulation carcérale.

Des détenus affiliés au parti au pouvoir, le CNDD-FDD déguisés dans ce qu’ils ont dénommés « comité de sécurité » agissant en complicité avec l’administration pénitentiaire et la police assurant la garde des prisons sont toujours pointés du doigt comme étant les présumés auteurs de ces violations.

Veuillez trouver en bas l’intégralité du rapport :
Rapport de monitoring de violations des droits des prisonniers recensé par Acat-Burundi pour janvier à mars 2022

Publié dans Rapports | Laisser un commentaire

RAPPORT DE MONITORING DE VIOLATIONS ET ATTEINTES AUX DROITS DE L’HOMME RECENSE POUR MARS 2022

Concernant la période couverte par le présent rapport vingt neuf (29) cas d’assassinats, vingt-cinq (25) cas d’arrestations arbitraires et détentions illégales ainsi qu’un (1) cas d’atteintes à l’intégrité physique, ont pu être répertoriés.

Veuillez trouver en bas l’intégralité du rapport :
Rapport sur le monitoring des violations et atteintes aux droits de l’homme recensé par Acat-Burundi pour mars 2022

Publié dans Rapports | Laisser un commentaire

DECLARATION DE L’ACAT-BURUNDI SUR UN CAS EMBLEMATIQUE D’INJUSTICE DANS LA PRISON DE GITEGA

Le cas qui fait l’objet de la présente déclaration est celui de BIZIMANA Pierre, détenu dans la prison de Gitega depuis le 14 mai 2015 jusqu’à ce jour.
Veuillez trouver en bas l’intégralité de la déclaration :
Déclaration sur un cas emblématique d’injustice dans la prison de Gitega

Publié dans Rapports | Laisser un commentaire

RAPPORT DE MONITORING DES VIOLATIONS DES DROITS HUMAINS RECENSE PAR ACAT-BURUNDI POUR FEVRIER 2022

Concernant la période couverte par le présent rapport vingt six (26) cas d’assassinats, deux(2)cas d’enlèvements, trois(3)cas d’arrestations arbitraires et détentions illégales ainsi que quatorze(14) cas d’atteintes à l’intégrité physique, ont pu être répertoriés.
Veuillez trouver en bas l’intégralité du rapport mensuel :
Rapport de monitoring des violations et atteintes aux droits de l’homme recensé par Acat-Burundi pour février 2022

Publié dans Rapports | Laisser un commentaire

MEMORANDUM DE LA SOCIETE CIVILE RELATIF AU RAPPORT D’ETAPE DE LA CVR AU BURUNDI

En date du 20/12/2021, la Commission Vérité Réconciliation(CVR) a rendu devant les deux chambres du parlement burundais son rapport d’étape « d’établissement de la vérité des violations massives des droits de l’homme commis au Burundi en 19972-1973 ». Le même jour, les deux chambres ont adopté « solennellement » le contenu dudit rapport entre autres « la déclaration solennelle de la CVR confirmant que les violations massives des droits de l’homme commises sur tout le territoire du Burundi en 1972-1973 a la lumière des enquêtes menées constituent un génocide contre les Bahutu du Burundi ».

Il a également ajouté que des crimes contre l’humanité ont été commis contre le Batutsi dans le sud du pays sur le littoral du lac Tanganyika juste au début des massacres.

Dans le présent mémorandum, les organisations de la société civile signataires attirent l’attention de l’Organisation des Nations Unies sur les principaux manquements de la CVR et la nécessité d’un processus de justice transitionnelle inclusif, transparent dans le souci d’une réconciliation réelle assortie des mécanismes solides de non-répétition.

Veuillez trouver en bas le contenu du mémorandum de la société civile :
MEMORANDUM RAPPORT QUALIFICATION GENO CVR f

Publié dans Nouvelles | Laisser un commentaire

CIVIL SOCIETY STATEMENT AFTER THE LIFTING OF EUROPEAN UNION SANCTIONS AGAINST BURUNDI

One week ahead of the African Union/European Union summit in Brussels on February 17 and 18, 2022, which the Burundian authorities are expected to attend, Burundi’s civil society in exile expresses its disappointment and concern regarding the decision announced on February 8 by the European Union (EU) to lift its sanctions against Burundi. These measures were adopted in 2016 as part of the Cotonou Agreement, following a serious deterioration of the human rights situation in the country.

Please find the full civil society statement below:
2022_TemoignagesBurundaisExileEnglish_final

Publié dans Rapports | Laisser un commentaire

DECLARATION CONJOINTE DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE SUR LA LEVEE DES SANCTIONS DE L’UNION EUROPEENNE CONTRE LE BURUNDI

À une semaine de la participation attendue des autorités burundaises au sommet Union Africaine-Union européenne à Bruxelles les 17 et 18 février 2022, la société civile burundaise en exil exprime sa déception et son inquiétude quant à la décision annoncée le 8 février dernier par l’Union européenne de lever ses sanctions contre le Burundi. Ces mesures avaient été adoptées en 2016 dans le cadre de l’accord de Cotonou en raison de la grave détérioration de la situation des droits humains dans le pays.
Les acteurs de la société civile se sont exprimés sur cette mesure.

Veuillez trouver en bas l’intégralité de la déclaration avec témoignages des acteurs de la société civile indépendante en exil :
2022_TemoignagesBurundaisExileFrench_final

Publié dans Rapports | Laisser un commentaire