RAPPORT CONJOINT DE LA SOCIÉTÉ CIVILE BURUNDAISE AU TERME DES 100 JOURS DU REGIME DE NDAYISHIMIYE EVARISTE


Lors de la désignation du nouveau président, plusieurs burundais avaient nourri l’espoir d’un changement évident caractérisé par l’arrêt de la violence, le respect des droits de l’homme, la libération des prisonniers ainsi que le retour des réfugiés burundais.
Le peuple avait également espéré la réouverture de l’espace politique et civique, le redressement de l’économie et des mesures à même d’endiguer la pauvreté toujours galopante.
Malheureusement, force est de constater que le gouvernement dirigé par Evarisste ndayishimiye est plutôt synonyme de la continuité du régime criminel qui tue, torture, exile les citoyens et pille le pays depuis biens des années, particulièrement depuis 2015.
Les pratiques d’exclusion et de haine ethniques sont réapparues et la peur s’installe dans le pays et ont été exacerbées par les récentes attaques rebelles.
Le peuple a faim. L’éducation et le système de santé dégringole continuellement.
Comme son prédécesseur, le président Evariste Ndayishimiye a rompu le dialogue interburundais, cherche à maintenir des relations tendues avec les voisins et partenaires du Burundi.
Les organisations de la société civile burundaise dont l’ACAT-BURUNDI ont préparé un rapport au terme de ces 100 jours du régime Ndayishimiye Evariste.

Veuillez trouver en bas le rapport conjoint de la société civile et une déclaration y relative :
RAPPORT CONJOINT SOCIETE CIVILE BURUNDAISE AU TERME DES 100 JOURS DU REGIME NEVA 28 Sept 2020
Déclaration des organisations de la société civile indépendante après 100 premiers jours du mandat du Président Evariste Ndayishimiye

Publié dans Rapports | Laisser un commentaire

45 ème session du Conseil des Droits de l’Homme : Dialogue avec la Commission d’enquête sur le Burundi


Le Conseil des droits de l’homme a tenu, ce 23 septembre 2020, un dialogue avec la Commission d’enquête sur le Burundi.

Le Conseil était saisi du rapport final de la Commission d’enquête sur le Burundi (A/HRC/45/32).

Présentant ce dernier rapport, M. DOUDOU DIÈNE, Président de la Commission d’enquête sur le Burundi, a déclaré que le processus électoral, qui s’est achevé le 24 août, n’a pas été marqué par des violences de masse, mais plutôt par des violations des droits de l’homme commises tout au long du processus, y compris des exécutions sommaires et des cas de torture, et de nombreuses violations des principales libertés publiques.

L’enquête de la Commission montre que le CNDD-FDD, parti au pouvoir, et les autorités burundaises ont appliqué une stratégie de violence pour s’assurer de leur victoire électorale, au détriment en particulier du Conseil national pour la liberté (CNL), principal parti d’opposition, dont les sympathisants les plus actifs ont été visés. La Commission a aussi constaté la multiplication des discours haineux contre l’opposition et contre certaines ethnies. La presse et la société civile ont été muselées. La population a été contrôlée étroitement avant, pendant et après les élections, a ajouté M. Diène. Continuer la lecture

Publié dans Rapports | Laisser un commentaire

45ème session du Conseil des droits de l’Homme : Déclaration orale par la FIACAT co-sponsorisée par l’OMCT et CCPR Centre


Télécharger la version PDF

Publié dans Rapports | Laisser un commentaire

DECLARATION DE L’ACAT-BURUNDI SUITE AUX ATTAQUES DES GROUPES ARMES AU BURUNDI

« Ceux qui ne participent pas ou ne participent plus directement aux hostilités doivent être protégés »

ACAT-Burundi est préoccupée par la dégradation de la situation des droits de l’homme au Burundi à la suite des attaques attribuées à des groupes armés, depuis le 23 août 2020, dans les provinces de Rumonge, au sud du pays, de Bujumbura et Bubanza à l’ouest et de Kayanza vers le nord du pays.
Veuillez trouver en bas une déclaration de l’Acat-Burundi suite à aux attaques des groupes armés au Burundi :

Déclaration de l’Acat-Burundi suite aux attaques des groupes armés au Burundi

Publié dans Nouvelles | Laisser un commentaire

Bulletin Numéro 010 du 08 septembre 2020



Publié dans Rapports | Laisser un commentaire

RAPPORT DE MONITORING DE VIOLATIONS DES DROITS DES PRISONNIERS AU BURUNDI


Le climat d’insécurité suite aux attaques des bandées armées vers la fin du mois d’août 2020 que connaît actuellement notre pays favorise la recrudescence des violations des droits humains en général et ceux des personnes privées de liberté en particulier. Les détenus poursuivis pour des crimes à caractère politique en soufflent éperdument. Puisqu’ils continuent d’être la cible des imbonerakure qui sont à l’intérieur des prisons pour surveiller et infliger des mauvais traitements aux opposants politiques ou supposés à l’abri des regards, Acat-Burundi déplore toujours l’exclusion et le harcèlement à l’endroit des prisonniers politiques.

Les directeurs des établissements pénitentiaires semblent jouer la complicité face aux nombreuses violations qui sont commises au grand jour par les jeunes Imbonerakure qui se cachent derrière ce qu’ils ont appelé comité de sécurité en violation de la loi et du règlement qui régissent les établissements pénitentiaires au Burundi.

Veuillez trouver en attaché  l’intégralité du rapport de l’Acat-Burundi pour les violations des droits des prisonniers pour le mois d’Août 2020 :
Rapport de monitoring des violations des droits des prisonniers Aout 2020

Publié dans Rapports | Laisser un commentaire