BURUNDI : IL FAUT RENOUVELER LE MANDAT DU RAPPORTEUR SPECIAL

À l’attention des Représentants permanents des États Membres et Observateurs du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies (Genève, Suisse)
18 août 2022

Madame, Monsieur le Représentant permanent,

En octobre 2021, lors de la 48 ème session du Conseil des droits de l’ONU, ce dernier a institué une procédure spéciale sur le Burundi. Le nouveau mandat de Rapporteur spécial comprend d’importantes composantes de suivi de la situation et de fourniture de rapports et de conseils techniques. En même temps, la décision du Conseil de ne pas renouveler le mandat de la commission d’enquête (COI) a mis fin au seul mécanisme international chargé d’enquêter sur les violations et atteintes aux droits humains au Burundi et d’identifier leurs auteurs en vue d’assurer la pleine reddition des comptes.

Dans ce contexte, alors que de graves inquiétudes demeurent quant au respect des droits, il est crucial que le Rapporteur spécial puisse mener à bien sa mission.
Le Rapporteur spécial qui a été nommé en avril 2022, M.Fortuné Gaétan Zongo, a présenté sa première mise à jour au Conseil en juin 2022 . Se trouvant dans la phase de décollage de son mandat, il a exprimé sa volonté d’explorer des voies de coopération avec le Gouvernement burundais, tout en soulignant que des efforts importants restaient à accomplir dans plusieurs domaines, notamment la lutte contre l’impunité, le renforcement des institutions judiciaires, de la police et de l’armée ,et l’élargissement de l’espace démocratique et de la société civile. M.Zongo doit présenter son premier rapport écrit lors de la 51eme session du Conseil (12 septembre-7 octobre 2022.)

Veuillez trouver en bas l’intégralité de la lettre des organisations des droits de l’homme :
HRC51 – Civil society letter regarding BURUNDI (FRENCH)

Ce contenu a été publié dans Nouvelles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.