BURUNDI : RAPPORT ANNUEL SUR LES PRISONS DE L’ACAT-BURUNDI POUR 2020

« Prendre des mesures concrètes pour libérer détenus acquittés, ceux qui ont purgé leurs peines et les prisonniers politiques »


L’année 2020 a été une année particulière dans la vie socio-politique du pays avec l’organisation du triple scrutin en mai 2020 et la prise du pouvoir par le Président Evariste Ndayishimiye le 18 juin 2020. La seule journée du 20 mai 2020 a vu les élections présidentielles, les élections des députés et celles des membres des conseils communaux.

Ces élections se sont déroulées dans un climat de peur suite aux actes de harcèlement à l’endroit des militants de l’opposition en particulier les membres du CNL. Cette seule journée a été marquée par des violations des droits humains notamment des arrestations arbitraires par centaines des membres du CNL surtout les mandataires politiques à travers tout le pays.

L’accession du Président Evariste Ndayishimiye au pouvoir n’a pas changé grand-chose dans le respect des droits humains notamment l’administration de la justice et l’amélioration des conditions carcérales malgré son discours rassurant de réhabilitation de la justice. Puis, la bonne volonté affichée par l’actuelle ministre de la justice Jeanine Nibizi en lançant une campagne d’un mois à partir du 28 octobre 2020 dans l’objectif de parfaire tous les dossiers non encore élucidés afin de rendre justice à tout le monde n’a pas non plus été fructueuse.

Au sein des prisons, des actes de tortures et de mauvais traitements sont régulièrement infligés aux membres du CNL, du MSD, des ex-militaires ou policiers des Forces Armées Burundaises, des personnes ayant manifesté contre le troisième mandat en 2015 et autres prisonniers d’opinion surtout dans la prison de Mpimba et Gitega.

Acat-Burundi constate que les dossiers judiciaires de ces catégories de prisonniers évoqués ci-haut n’évoluent pas conformément à la loi.

Le présent rapport est un condensé des rapports mensuels produits de janvier à décembre 2020 et concerne les établissements pénitentiaires de GITEGA, MURAMVYA, BUJUMBURA, BUBANZA, RUTANA, RUYIGI, MUYINGA et RUMONGE.

Il se focalise principalement sur les conditions carcérales en tenant compte des droits garantis aux personnes privées de liberté et la surpopulation carcérale. L’administration de ces établissements pénitentiaires ainsi que les irrégularités ou les dysfonctionnements constatés dans les dossiers judiciaires des personnes privées de liberté sont abordées.
Ce rapport aborder aussi l ‘action de la saisine des mécanismes internationaux des droits de l’homme onusiens et africains pour les victimes des violations des droits humains se trouvant principalement dans les prisons de la zone de couverture des activités de l’Acat-Burundi.

Enfin, le présent rapport revient sur la gestion de la pandémie COVID 19 en général dans le milieu carcéral burundais.

Veuillez trouver en bas l’intégralité du rapport annuel sur les prisons :
Rapport annuel sur les prisons de l’Acat-Burundi pour 2020

Ce contenu a été publié dans Rapports. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *