43 EME SESSION DU CONSEIL DES DROITS DE L’HOMME-9 mars 2020

Dialogue interactif avec la commission d’enquête sur le Burundi

Doudou Diène, Président de la commission d’enquête des nations unies sur le Burundi lors du dialogue interactif de la commission d’enquête sur le Burundi en date du 9 mars 2020 à Genève a précisé que la préparation et la tenue des élections de 2020 peuvent avoir une grande incidence sur la situation des droits de l’homme et des libertés fondamentales.
Il est revenu sur la récurrence des cas d’assassinats, de tortures, arrestations arbitraires et autres violations des droits humains.
Selon le Président de la commission d’enquête, les libertés fondamentales et l’existence d’un Etat de Droit et d’un pluralisme politique sont essentielles à l’organisation d’élections libres, apaisées et transparentes.
La future campagne électorale doit être ouverte aux médias indépendants et se dérouler dans un climat libre et apaisé dans lequel les candidats et les électeurs ne peuvent être victimes de violences ou de représailles.
La commission d’enquête continuera à suivre attentivement les mesures et les décisions prises par le gouvernement du Burundi ainsi que tous les développements sur terrain qui ont des liens avec les élections afin d’identifier les risques éventuels de violences ou de violations des droits humains.
Au cours de cette session du conseil des droits de l’homme ,les organisations des droits de l’homme nationales et internationales ont donné une déclaration orale sur la situation des droits de l’homme qui prévaut actuellement au Burundi.
Veuillez trouver en bas cette déclaration :

Ce contenu a été publié dans Nouvelles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *