LE CONSEIL DES DROITS DE L’HOMME DEVRAIT POURSUIVRE SON EXAMEN SUR LA SITUATION DES DROITS DE L’HOMME AU BURUNDI

Acat-Burundi encourage la JUSTICE burundaise à continuer dans cette bonne voie de libérer tous les prisonniers détenus injustement comme c’était le cas pour Germain Rukuki

En amont de la 48ème session du Conseil (13 septembre-8 octobre 2021), les organisations nationales et internationales de droits de l’homme se sont adressées aux représentants permanents des Etats Membres et Observateurs du Conseil des droits des Nations Unies à Geneve pour demander que le Conseil poursuive son examen minutieux de la situation et son travail en faveur de la justice et de la redevabilité au Burundi. En l’absence d’améliorations structurelles et à la lumière d’une récente augmentation des violations des droits humains contre les personnes perçues comme des opposants au Gouvernement.

Ces organisations considèrent qu’il n’existe aucune base ni progrès mesurable qui justifieraient un
abandon de l’approche actuelle ou un non-renouvellement du mandat de la commission d’enquête sur le Burundi .

Veuillez trouver en bas l’intégralité de la déclaration :
HRC48-Civil-society-letter-regarding-BURUNDI-FRENCH

Ce contenu a été publié dans Nouvelles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *