RAPPORT DE L’ACAT-BURUNDI SUR LES VIOLATIONS DES DROITS DE L’HOMME AU BURUNDI POUR LE MOIS DE DECEMBRE 2017

Le rapport produit montre que de nombreux cas de violations des droits de l’homme sont toujours commis. L’ACAT Burundi continue à œuvrer pour sa mission qui s’inscrit dans la lutte contre l’impunité par une dénonciation des violations des droits de l’homme. Acat-Burundi condamne le manque de volonté de la justice burundaise pour réprimer les crimes commis car le pouvoir judiciaire est actuellement au solde de l’Etat du Burundi dont ses agents sont cités comme les principaux auteurs de ces exactions ce qui fait que les victimes ainsi que leurs familles ne peuvent pas accéder à une justice impartiale.
Acat-Burundi encourage les défenseurs des droits de l’homme et les autres personnes qui aspirent au principe de lutte contre l’impunité au Burundi, l’absence de justice impartiale au pays pourra trouver un remède en exerçant d’autres mécanismes régionaux et internationaux auxquels on peut faire recours pour enfin voir les présumés auteurs de ces actes ignobles traduits en justice.
Ainsi, pour la période couverte par le présent rapport, 26 cas d’assassinats et de disparitions forcées, 55 cas d’arrestations arbitraires et détentions illégales, 22 cas d’atteinte à l’intégrité physique, ont pu être répertoriés. Ces cas ne pourront pas être décrits en détails tous, mais quelques cas seront décrits à titre illustratif.
Dans ce rapport, les informations à jour sont données pour le cas de détention arbitraire de l’ancien employé de l’ACAT Germain Rukuki ainsi que la description en détails des cas illustratifs d’autres violations des droits de l’homme recensées au cours du mois de décembre 2017.
Rapport des violations des droits de l’ hommes du mois de decembre 2017 par Acat-Burundi

Ce contenu a été publié dans Rapports. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *