LE BURUNDI AU RYTHME DES VIOLATIONS DE DROITS HUMAINS AU QUOTIDIEN


Le présent rapport couvre la période du mois de janvier 2020 au 10 décembre 2020, une année particulièrement sombre dans le domaine du respect des droits humains au cours de laquelle les organisations de la société civile burundaise ont relevé des violations graves que nous aurons à synthétiser dans les lignes qui suivent.

Ce rapport s’articule autour de trois chapitres. Dans le premier chapitre consacré aux droits fondamentaux de la personne humaine, nous reviendrons tour à tour sur les atteintes du droit à la vie, les atteintes à l’intégrité physique (actes de torture), les enlèvements et disparitions forcées, les arrestations et détentions arbitraires et les violences sexuelles. Le second chapitre analysera les violations des droits politiques commises contre d’opposants politiques réels ou supposés. Dans le troisième et dernier chapitre, nous développerons les violations des droits économiques, sociaux et culturels notamment les expropriations illégales et ventes aux enchères des biens de certains prisonniers politiques, le droit à l’éducation et de droit à la santé. Une conclusion et des recommandations à l’endroit des acteurs et partenaires du Burundi clôturent ce rapport.
Le Burundi au rythme des violations des droits humains au quotidien.

Ce contenu a été publié dans Rapports. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *