RAPPORT DE MONITORING DE VIOLATIONS DES DROITS HUMAINS PAR ACAT BURUNDI POUR LE MOIS DE MAI 2018

La chasse à l’homme continue

Le mois de mai 2018 a été caractérisé par une période de campagne et d’élection pour le referendum sur le changement de la constitution au Burundi, période au cours de laquelle des violations des droits de l’homme se sont accentuées. certaines victimes étaient accusées de faire campagne en faveur du non au referendum, d’autres encore d’avoir voté non, et enfin, pour la simple raison d’avoir été mandataires de la coalition d’opposition AMIZERO y’ABARUNDI dans ce scrutin.
Ainsi pour ce du mois de mai 2018, l’Acat- Burundi a pu répertorier 60 cas d’assassinats et disparitions forcées, 83 cas d’arrestations arbitraires et détentions illégales ainsi que 14 cas d’atteintes à l’intégrité physique.
Les miliciens IMBONERAKURE, qualifiés ainsi par les nations unies, certains agents du service national de renseignement, ceux de la police, ainsi que certains éléments de l’armée, sont pointés du doigt par la population comme étant les présumés auteurs de toutes ces exactions.

Veuillez trouver l’intégralité du rapport de l’Acat-Burundi en bas:
Rapport de monitoring des violations et atteintes aux droits de l’homme commises au Burundi au cours du mois de mai 2018 (1)

Ce contenu a été publié dans Nouvelles, Rapports. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.